L’outil universel existe-t-il ?

Il y a quelques jours, j’ai formé une équipe de soignantes sur le thème « dysphagies et adaptations en EHPAD ». Cette session a encore été riche d’échanges et d’enseignements autant pour les stagiaires que pour moi.

La journée s’est clôturée par la réalisation d’un outil. Outil qui m’a inspiré cet idée d’article 🙂

Avec leur accord, je vous partage un visuel créé de toutes pièces par les soignantes (Aides soignantes et infirmières):

Aucun texte alternatif pour cette image

Après des éléments théoriques, des jeux de rôles, des mises en situation, nous avons travaillé à partir de leur lieu de travail, leur expérience (leur expertise!), leur matériel…

Novices en dysphagies, et après avoir fait une évaluation des possibilités d’amélioration qui s’offraient à elles, elles ont souhaité mettre en place un outil à destination de tous , résidents, familles, soignants formés ou non, afin d’éviter les fausses routes.

Grâce à des méthodes facilitant l’intelligence collective -merci Tristan RECHID pour ta formation qui me sert autant en milieu associatif et politique qu’en milieu professionnel – les stagiaires ont elles-même créé ce visuel qu’elles souhaitaient ludique, drôle, attractif et simple.

Si je vous le partage, ce n’est absolument pas pour que vous le repreniez dans vos établissements. Vous pourriez, évidemment… Mais ce visuel, il va correspondre à un établissement en particulier, à ce moment-là de leur processus de soin, en fonction de leur demande.

Le message que je souhaite faire passer ici, c’est qu’il n’existe pas d’outil miracle universel. Pour qu’il marche, l’outil doit répondre à une attente, un besoin en particulier et doit s’appuyer sur les professionnels présents.

Et bien sûr, cet outil doit être régulièrement réévalué et actualisé car les équipes et les pratiques changent, évoluent.

Je me suis lancée dans la formation il y a 8 mois maintenant. Orthophoniste, il m’arrivait souvent d’être frustrée de ne pas pouvoir mettre en place les chouettes outils proposés en formation car s’ils fonctionnaient dans un monde idéal, ils ne correspondaient que très rarement à ma réalité d’exercice.

Mixer formation classique et accompagnement des professionnels à la création de leurs outils, leurs procédures, permet d’évacuer cette frustration autant pour moi que pour les formés. Je me retrouve à chaque session plus enrichie qu’à la précédente: les professionnels sont une source d’apprentissage infinie!

Et concernant les fameux outils travaillés en session, en partant à partir des professionnels et de leurs attentes, il se trouve que je n’ai jamais été amenée à faire deux fois la même chose!

Alors que la base théorique est la même pour tous, nous avons ici travaillé sur un visuel à mettre en place en chambre pour les familles qui donnent à manger à leurs proches, là un groupe de travail s’est créé pour réaliser une grille d’évaluation des signes d’alerte des fausses routes silencieuses, où encore là, une équipe a préparé un repas manger-main pour un PASA…

Bref, soyons ouverts, créatifs, à l’écoute des besoins et des attentes. N’hésitons pas à sortir du « prêt à l’emploi-universel-marche pour tout ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *